Diabète et alimentation

L'alimentation du diabétique, souvent considérée comme particulière, très restrictive, doit être avant tout 1'exemple d'une alimentation équilibrée.

Mais qu'est-ce qu'une alimentation équilibrée ?

C'est une alimentation variée qui répond de façon appropriée aux différents besoins de l'organisme et qui tient compte de ses particularités.

  I Une alimentation équilibrée

Il Alimentation et diabète

III Pratique quotidienne


   
I UNE ALIMENTATION EQUILIBREE

1) INTRODUCTION

Pourquoi mangeons-nous ? Que mangeons-nous?

  Nous mangeons
  • pour maintenir notre corps en bonne santé.
  • pour mener une vie normalement active.
  • pour grandir (concernant les enfants).


 
Les aliments que nous absorbons ne sont pas utilisés par notre organisme sous la forme que nous leur connaissons. Ils sont digérés par le tube digestif et sont transformés en substances plus simples, plus petites qui franchiront la paroi intestinale; ils pourront alors être utilisés par nos cellules, ces substances sont appelées "nutriments".

  Il existe 2 sortes de nutriments:

  • Les nutriments plastiques ou de construction qui servent à l'édification du corps et à son maintien en bonne santé. Il s'agit des protides (ou protéines), des vitamines et des minéraux.

  • Les nutriments énergétiques qui apportent l'énergie nécessaire au fonctionnement de l'organisme et à la pratique de toute activité physique. Il s'agit des glucides ou sucres ou encore hydrates de carbone, et des lipides ou graisses.

 
2) LES PROTIDES

Ce sont les constituants de toutes nos cellules. Ils servent à la construction, à la croissance, à la réparation de notre corps.

1 g de protides apporte 4 calories ou 17kj.

Les aliments apportant des protides sont: les viandes, les poissons, les œufs, le jambon, le lait et ses dérivés, les légumes secs (mais en quantité moindre et de moins bonne qualité).

3) LES LIPIDES

Ce sont des aliments très énergétiques sous un faible volume.

1g de lipides apporte 9 calories ou 38 kJ.

Ils permettent de couvrir les besoins dus au travail musculaire, qui va du simple geste à l'activité sportive la plus intense.

  Ils sont constitués de petits éléments:
les acides gras que l'on classe selon leur structure biochimique en:
a. acides gras saturés: qui sont impliqués dans l'apparition des complications cardio-vasculaires.
b. acides gras insaturés: qui, au contraire, ont un rôle protecteur vis-à-vis de ces maladies.
 
          
  1. les sources de lipides riches en acides gras saturés sont:
    sous forme visible: beurre, crème fraîche, lard, saindoux, graisse d'oie, blanc de bœuf, margarines " dures ".
    sous forme cachée: dans les viandes, les oeufs, les charcuteries, le lait entier, le lait demi écrémé, les fromages.

  2. les sources de lipides riches en acides gras insaturés sont:
    sous forme visible: les huiles de tournesol, maïs, soja, pépins de raisins, noix, arachides, olives, les margarines " molles " (au tournesol et au maïs).
    sous forme invisible: dans les poissons, dans les graines et fruits oléagineux (noix, noisettes, avocats, amandes, noix de coco).
 
Remarque: les huiles apportent tout autant de calories; de même le beurre et la margarine sont aussi énergétiques l'un que l'autre.

4) LES GLUCIDES

Ce sont des nutriments essentiellement énergétiques facilement utilisables par l'organisme sous forme de glucose.

1g de glucides apporte 4 calories ou 17kj.

Il existe 2 catégories de glucides:
  1. les glucides simples constitués de 1 ou 2 éléments, ils ont une saveur sucrée.
  2. les glucides complexes, chaîne de nombreux éléments, n'ont pas la saveur sucrée

    .
 
  1. les glucides simples sont plus hyperglycémiants que les glucides complexes. Les glucides simples sont apportés par: le sucre, les bonbons, le chocolat, miel, confiture, crème de marrons, fruits confits, fruits secs, fruits au sirop, fruits oléagineux, pâtisseries, gâteaux secs, entremets, glaces, sorbets, boissons sucrées, fruits frais...
  2. les glucides complexes sont apportés par les céréales et leurs dérivés: pain, biscottes, farine, pâtes, semoule, riz, maïs, et par les légumes féculents (pommes de terre, légumes secs, petits pois, salsifis).
 
Remarque: l'élévation de la glycémie peut toutefois être influencée par un certain nombre de facteurs tels que la présence de protides, lipides, autres glucides et probablement aussi par des facteurs psychologiques.

5) LES VITAMINES

Ce sont des substances de protection, indispensables, qui n'apportent pas de calories. Elles ne sont en général ni fabriquées par l'organisme, ni stockées.

  • Vitamine C : elle agit dans la lutte contre l'infection, elle est très sensible à la chaleur.
    Elle se trouve dans les fruits et les légumes crus.

  • Vitamine A: elle favorise la vision nocturne, protège la peau et agit sur l'ossification.
    Elle se trouve dans le lait entier, le beurre, les oeufs, le foie ainsi que dans les végétaux colorés.

  • Vitamine D: ou vitamine " anti-rachitique ", elle permet la fixation du calcium sur les os et les dents. Elle se trouve aussi dans le lait entier, le beurre, les oeufs et le foie.
    Une petite quantité peut être fabriquée au niveau de la peau sous l'action du soleil.

    Une alimentation équilibrée et variée couvre tous les besoins vitaminiques.

6) LES MINERAUX

Ce sont des éléments de protection, n'apportant pas de calories, importants pour la constitution de notre organisme et son fonctionnement.

  · Le calcium: élément fondamental pour la formation et l'entretient des os et des dents, la coagulation sanguine, la contraction musculaire et le fonctionnement cardiaque.
Il est apporté par le lait, les yaourts, et les fromages.
  · Le fer: fondamental pour la composition des globules rouges; sa carence entraîne des anémies.
Il est apporté par les viandes, les poissons, les œufs, les abats, les légumes secs. Toutefois, le fer d'origine animale est mieux absorbé que le fer d'origine végétale.
  · Le sodium : règle les mouvements d'eau dans l'organisme.
Le sel de cuisine est appelé, chlorure de sodium. Il est présent dans pratiquement tous les aliments; le pain, le fromage et les charcuteries en sont particulièrement riches. En tenant compte du sel utilisé à la cuisson et à table, la consommation est toujours excessive en France.
7) L'EAU

L'eau est le constituant le plus important de notre corps: 60 à 70%.
C'est un élément non énergétique indispensable à la vie. Elle est apportée par les aliments et les boissons.


II ALIMENTATION ET DIABETE


1) INTRODUCTION

L'alimentation du diabétique doit être celle conseillée à toute personne non diabétique, de même âge, même poids, même activité, et couvrant les besoins en énergie, vitamines et minéraux.

Elle a pour but:

  • D'éviter le plus possible les variations glycémiques dans la journée.

  • D'empêcher l'apparition de complications cardio-vasculaires, en mangeant moins gras, en choisissant les graisses d'accompagnement et en augmentant la part des glucides complexes.

  • De garder ou retrouver un poids normal.

2) REPARTITION DES ALIMENTS

Le fractionnement alimentaire et la régularité des horaires de repas sont deux facteurs fondamentaux de l'équilibre du diabète.

L'Alimentation du diabétique doit toujours être régulière

  • Dans la journée, en répartissant la ration de glucides en au moins trois repas et des collations si nécessaire.

  • D'un jour à l'autre, en consommant des quantités fixes de glucides à chaque repas, et globalement dans la journée.

3) ALIMENTS A EVITER

Les produits sucrés qui provoquent une élévation importante de la glycémie mal contrôlée par l'insuline:

  • Sucre, miel, bonbons, confitures, chocolat corn-flakes, pâtisseries, entremets, gâteaux secs, glaces, sorbet

  • Fruits secs : raisin, abricots, dattes, figues, pruneaux

  • Yaourts fruités, fromages blancs fruités, laits gélifiés

  • Boissons sucrées: limonades, sodas, cidre, bière, bière sans alcool, boissons aux fruits, tonics, colas, liqueurs.


Les aliments et préparation riche en lipides:
  • Charcuteries (sauf jambon), fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes, cacahuètes).

Les aliments dont la composition n'est pas connue:

  • Plats cuisinés du commerce, potages du commerce, sauces du commerce (dont la composition n'est pas précisée).

Les produits "de régime":
  • Produits au gluten: pain, pâtes, farine.
  • Confiture, chocolat, biscuits "appauvris ou à teneur réduite en glucide.
  • Sucres de remplacement (fructose, glucose, sorbitol) autre que les édulcorants de synthèse.

4) TENEUR EN GLUCIDES DES ALIMENTS

 
Pour 100g d'aliment
Glucides en g
  sucre
100
  biscottes, farine, riz cru, semoule crue, pâtes crues, corn-flakes
75
  légumes secs crus
60
  pain
50
  marron, châtaigne
40
  pommes de terre, banane, maïs
20
  raisin
15
  pomme, poire, pêche, abricot, prune, cerise, brugnon, ananas, fruits exotiques
12
  citron, orange, mandarine, kiwi, fraise, framboise, cassis, groseille, myrtille
10
  betterave, carotte, céleri rave, navet, petits pois, salsifis
10
  melon, pastèque, rhubarbe
7
  légumes verts autres que ceux cités plus haut
5
  avocat, lait, yaourt
5
  viande, poisson, œufs, fromage, beurre, margarine, huile
0


5) LES BOISSONS

La seule boisson indispensable est l'eau.
Un verre de vin par repas est toutefois admis, sauf cas particulier.
L'alcool à jeun est à éviter, il peut entraîner une hypoglycémie.


  Boissons permises:
Eau du robinet, eaux minérales, eaux minérales gazeuses aromatisées (Vittel, Perrier, Badois), jus de légumes, café, thé, tisanes, boissons édulcorées (Orangina, light, Coca light ...).

Boissons à supprimer:
Bière, bière sans alcool, vins cuits, vins blancs sucrés, liqueurs, sirops, sodas, limonades, tonics, colas, boissons aux fruits.

 
6) REMARQUE : "Les diabétiques peuvent-ils consommer des produits sucrés?"

Des études ont montré que la consommation de sucres simples sous forme de pâtisseries, entremets, glaces, à la fin d'un repas, n'entraîne pas d'élévation majeure de la glycémie postprandiale. Donc actuellement rien ne permet d'interdire aux diabétiques d'en consommer de temps en temps, de petites quantités à la fin d'un repas, à condition de surveiller leur poids et leur glycémie.

Ce "petit plaisir" est réservé aux diabétiques bien équilibrés, de poids normal. Mais la règle doit rester d'éviter les sucres simples à distance des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

III PRATIQUE QUOTIDIENNE


1) L'HYPOGLYCEMIE

L'hypoglycémie est un manque de sucre dans le sang.
Pour corriger une hypoglycémie, il faut consommer des glucides simples (sucre, jus de fruits, confiture, miel, pâte de fruits) pour permettre à la glycémie de remonter à une valeur normale, puis des glucides complexes (pain, biscottes), pour que la glycémie se maintienne à cette valeur, et donc, éviter une nouvelle hypoglycémie.


2) VARIATION DE L'ACTIVITE

La pratique d'un sport ou un surcroît d'activité augmente la consommation de glucose par le muscle, d'où un risque d'hypoglycémie. Il est donc important:

  • D'augmenter la ration de glucides complexes au repas ou à la collation précédant l'effort.
  • De consommer des glucides après l'effort.


En cas de compétition, il faut envisager chaque cas individuellement

3) LES EDULCORANTS

  Définition: les édulcorants de synthèse, appelés également "édulcorants intenses non nutritifs", sont des substances qui ont un pouvoir sucrant important et qui n'apportent pratiquement pas de calories.

 
  Différents types d'édulcorants de synthèse:

La saccharine:
   
 
  • a un pouvoir sucrant de 300 à 500 fois celui du saccharose.

  • est peu stable à la chaleur sous forme de saccharine mais stable sous forme de saccharinate de sodium ou d'ammonium.

  • peut se présenter sous forme de pastilles, cube, poudre, liquide.

  • est en vente en pharmacies et grandes surfaces.
Les cyclamates
  • ont un pouvoir sucrant de 25 à 30 fois celui du saccharose.
  • sont stables à la chaleur.
  • peuvent se présenter sous forme de comprimés, poudre, liquide.
  • ne peuvent pas être utilisés dans l'industrie.

L'acésulfate de potassium
  • a un pouvoir sucrant de 100 à 200 fois celui du saccharose.
  • n'existe pas en France sous forme d'édulcorant de table.

L'aspartame
  • a un pouvoir sucrant de 200 fois celui du saccharose.
  • est peu stable à la chaleur.
  • peut se présenter sous forme de pastilles ou de poudre.
  • est en vente en pharmacies et grandes surfaces.
    Les produits à base d'aspartame ne doivent pas être donnés aux enfants de moins de 3 ans ainsi qu'aux femmes enceintes.

 
4) COMMENT LIRE LES ETIQUETAGES ?

On peut trouver 2 types d'étiquetages sur un produit:

 
  1. L'étiquetage informatif : c'est-à-dire la liste des ingrédients entrant dans sa composition.

          Exemple: Biscottes

  • farine de froment 86%
  • levure 4,5%
  • sucre 3,5%
  • graisse animale 3,5%
  • extrait de malt sel 1%
  • émulsifiant E 472
  1. L'étiquetage nutritionnel: c'est-à-dire la composition en différents nutriments. Cet étiquetage est la meilleure garantie que puisse obtenir le consommateur sur la valeur nutritionnelle d'un produit. Les informations sont présentées en règle générale en g/100g de produit ou en g par portion.

          Exemple: Biscottes
  • protides 1lg
  • lipides 6g
  • glucides 77g
  • calories 406

           exemple: yaourt light

     Étiquetage informatif:      
  • lait écrémé
  • fruits
  • lait écrémé en poudre
  • ferments lactiques du yaourt
  • stabilisant
  • aspartame

     Étiquetage nutritionnel:       1 portion de 125g      
  • protides      6,1g
  • lipides         0,1g
  • glucides      1g
  • calcium       212 mg
  • contient de la phénylalanine

Centre hospitalier universitaire de Reims, Service de Médecine Il - DIETETIQUE
Réf. ph 1451 (16.01.2001)