Bonjour

Je m'appelle Sarah. Je voulais vous dire que je suis en chaise roulante depuis que je vais à l'école secondaire (c'est-à-dire depuis l'âge de 13 ans). Pour moi, le passage entre les deux écoles a été une dure épreuve, dont je me souviendrai toujours. Les personnes qui étaient avec moi l'année d'avant m'ont ignorée pendant six mois, je pense par peur, parce que l'année précédente, je marchais, difficilement, mais je marchais.

Un grand ami m'a beaucoup aidé dans ces moments difficiles. Il m'a redonné confiance en moi et m'a aidé à m'accepter. Il s'appelle Olivier et aujourd'hui, il est comme un frère pour moi.

Le plus difficile à accepter est le regard des autres. Je parle surtout du regard des adultes, qui détournent la tête sitôt qu'ils nous ont aperçu. J'ai découvert qu'au Etats-Unis, les personnes ne nous regardent pas comme des extra-terrestres et qu'ils n'hésitent pas à venir nous parler, même si nous avons des problèmes de voix. Je trouve que la mentalité des Suisses devrait prendre exemple sur celle des Américains. Nous sommes quand même des êtres humains, nous avons aussi droit à l'attention des autres. Je trouve révoltant cette répugnance à parler aux personnes parce qu'elles sont dans un fauteuil roulant. Des fois, j'ai envie de chanter la même chanson que Quasimodo (Notre Dame de Paris) :

« Dieu comme le monde est injuste, notre lot n'est pas le leur »

Luc Plamondon

Sarah